la fille qui voyage au-delà des mers

Résurrection

Trois ans ! Trois longues années sans publication. Des heures à se relire en se demandant si l’on sait toujours écrire, si le style est toujours là, à douter de soi-même. Et puis dans quelques jours, le phœnix va renaître de ses cendres, va se relever et flamboyer à nouveau.

La fille qui voyage au-delà des mers

Il y a un peu plus de quatre ans, ma vie a changé. Une rencontre avec une femme comme je n’en avais jamais connu auparavant. Belle est un adjectif trop faible pour parler d’elle. Sublime serait déjà plus approprié. Passés les premiers émois, notre amour a grandi à la hauteur d’un baobab, immense, solide et inamovible. Alors, certes, j’avais écrit plusieurs romans, mais mes personnages appartenaient alors à la pure fiction et se débattaient dans des enquêtes policières dotées d’un arrière-plan historique.

Alors que je voulais en savoir plus sur son passé, l’idée d’un roman a progressivement émergé au gré de ses récits pour le moins rocambolesques. C’est ainsi que j’ai commencé à enregistrer ses aventures qui commencèrent des années auparavant dans son Cameroun natal. Une fois la “matière” recueillie, il a fallu l’extraire, la transformer, construire une histoire, l’histoire d’une fille qui voyage au-delà des mers.

la fille qui voyage au-delà des mers

Un roman autobiographique

Ce livre est donc une histoire d’amour, la nôtre, en même temps qu’un récit sur la migration. Un voyage périlleux, âpre, difficile à endurer et qui a coûté la vie à de nombreux candidats à la traversée. Quelle est la différence avec un témoignage ? Un roman autobiographique se base sur une réalité, mais le récit emprunte des éléments fictionnels qui peuvent par exemple faciliter la lecture, la fluidifier. C’est ce travail que nous avons notamment réalisé pour que le lecteur ne se perde pas et soit emporté par le récit. On aurait pu également inventé des événements qui n’ont pas eu lieu ou encore des personnages. Gaël Faye pour son “Petit Pays” avait bien précisé sur France Culture que ce n’était pas exactement son histoire, que des faits avaient été rajoutés. De notre côté, nous avons fait le choix de ne pas modifier fondamentalement les faits afin de garder une certaine authenticité.

leslivresdegoddon

Un récit écrit pour changer les représentations

Mes écrits ont toujours eu valeur non pas de morale, mais de réflexion sur la société qui nous entoure. Ce roman n’échappera pas à la règle. J’ai espoir qu’il fasse débat, qu’il interroge sur la place de ceux qui viennent d’ailleurs dans notre pays, sur les relations entre les différentes composantes de notre société. Ce roman ne sera pas complaisant, démagogique, encore moins populiste. Alors, êtes-vous prêt à être ému, bouleverser, renverser, malmené peut-être ? Vous voulez en savoir plus, il faudra patienter un peu.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :